La « castration chimique », une utopie ? Ses effets sont réversibles en une semaine

Le septième ciel au bout des doigts
18 avril 2016
La pédophilie féminine est longtemps demeurée un tabou. Il faut le briser
12 juin 2016
L'Indonésie vient tout juste d'annoncer que pédophiles et violeurs pourront désormais être punis de "castration chimique". Le sexologue Jacques Waynberg revient sur la genèse de cette pratique et sur le terme même de "castration" médicamenteuse, incorrect selon lui, puisque ce traitement réduit les signes extérieurs de virilité de façon radicale… mais réversible. Explications.
L'Indonésie vient d’autoriser la "castration chimique" pour les criminels sexuels. Une réponse "ferme et rapide" apportée par le président Jokowi suite au viol d'une adolescente de 14 ans, début avril 2016.

En France, cette soi-disant "castration" médicamenteuse existe depuis une cinquantaine d'années ; elle a été développée dans le cadre des mesures de prévention des récidives de la criminalité sexuelle, notamment des crimes pédophiles.

Il convient de rappeler que la sanction pénale de tels méfaits se heurte à deux obstacles. Le premier concerne la vertu punitive des peines encourues, notamment des incarcérations, et le second a trait au risque de récidive que les menaces judiciaires – nous disons "l'intimidabilité" des procès – ne permettent pas d'écarter.

Le concept "d'antihormone" bouleverse la donne

"Camisole chimique"

L'effondrement du bilan hormonal a donc pour conséquence de démolir les signes extérieurs de virilité de façon radicale… mais réversible, rendant inadéquate l'expression de "castration". Le terme est approprié lors d'une véritable émasculation chirurgicale pour cancer des testicules par exemple. Ici, l'image qui est la plus adéquate est celle d'une "andropause artificielle" – dont les conséquences sur l'état général du sujet, son état psychologique, son système cardiovasculaire ne sont pas à sous-estimer.
Deux problèmes viennent de surcroît atténuer l'engouement, si j'ose dire, de ce recours à cette "camisole chimique", qualifiée parfois comme tel. Le premier est d'ordre purement pharmaceutique. Si une personne sous traitement prend, en catimini, de la testostérone, les effets s’annulent en moins d'une semaine.
Le second renvoie à des considérations éthiques : le traitement ne peut pas être prescrit sans le consentement éclairé de l'intéressé !
Finalement, en l'absence d'un savoir indéniable en matière de conduites sexuelles asociales, la solution pharmaceutique n'est pas une réponse absolue et dénuée d'effets secondaires. L'approche sexologique, longtemps absente du débat, peut être un complément utile à l'effort de contrôle et d'assistance des personnes visées par ces décisions de justice. Dans une démarche d'équipe pluridisciplinaire, la sexologie va apporter une contribution essentielle : celle de l'exploration de la fonction érotique, en replaçant les comportements "pervers" dans leur contexte non seulement obsessionnel, mais aussi existentiel.
 
Par Jacques Waynberg, Sexologue.

Lire l'article sur l'Observateur : La "castration chimique", une utopie ? Ses effets sont réversibles en une semaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.