Sexualité, parlons en avec le Docteur Jacques Waynberg

Vous avez interviewé un pionnier de la sexologie
28 octobre 2015
Le couple et la pornographie
11 janvier 2016

Sexualité, parlons en avec le Docteur Jacques Waynberg

Publié le 10 Avril 2007
Le Docteur Jacques Waynberg est l'un des pionniers de la sexologie française et actuellement attaché à l'hôpital Saint-Louis de Paris. Il dirige l'enseignement de sexologie et de santé publique à l'Université de Paris VII. Il répond aux questions des internautes de Senior Planet.

Sexualité, parlons-en avec le Docteur Jacques Waynberg


Levemo : Bonjour, A cinquante neuf ans, est-il normal que j'éprouve des difficultés d'érection et que faire avant d'en venir au viagra ?


Dr Waynberg : Cher Monsieur,
Vous devez accepter les lois de la nature qui se manifestent par une plus grande difficulté à être excité. En effet, il ne faut confondre l'érection et l'excitation; l'un ne va pas sans l'autre et ce sont les souvenirs d'une période de jeunesse où ces deux aspects de la sexualité ne faisaient qu'un qui vous fait dire aujourd'hui que vous avez des pannes ou des difficultés d'érection. En dehors de problèmes médicaux que vous n'évoquez pas mais qui pourraient expliquer en effet que votre organe sexuel soit atteint, il faut que vous compreniez que ce passage à vide doit être analysé à la lumière de votre vie privée. Soyez honnête avec vous-même et voyez les réalités en face... Est-ce que votre vie de couple place la sexualité en priorité ou non ?

Corolla : Bonjour, mariée depuis 32 ans, mon mari n'éprouve plus le besoin de me faire l'amour, je peux comprendre la lassitude, la routine,mais ce qui me surprend, c'est que je ne peux absolument plus m'approcher ou même frôler son sexe...Il me repousse certes gentiment mais mes questions n'obtiennent aucune réponse. Cela dure depuis 1 an environ. Et je ne sais plus quoi en penser...


Dr Waynberg : Confrontée à une situation qui vous surprend, comprenez que la psychologie masculine en pareil cas obéit à la loi du tout ou rien : pour éviter d'être confronté à des problèmes qu'il garde secret, votre mari préfère esquiver tout geste tendre au risque évidemment de blesser très profondément votre amour propre... Un contentieux doit exister entre vous mais lequel ? Il me paraît en tout cas important de préserver votre amour propre et votre dignité d'épouse donc... de faire chambre à part si vous en avez la possibilité matérielle, jusqu'à ce que vous obteniez des explications de sa part.

Ocejosse : Bonjour monsieur, j'ai 50 ans, et plus de désir pour mon partenaire ou très peu. Est-ce dangereux de se masturber chaque jour pour une femme. Merci de votre compréhension.


Dr Waynberg : Chère Madame,
Rassurez-vous le danger que vous soupçonnez n'est pas d'ordre physique puisque le plaisir que vous découvrez tous les jours ne peut que vous conforter dans l'idée que vous êtes femme et sensuelle. Si danger il y a, il est d'un tout autre ordre: l'extinction progressive de votre vie de couple. Il est sans doute urgent de réfléchir aux motifs qui vous font démissionner de cette vie à deux.

Michel.d : Bonjour Docteur, Je suis marié depuis 30 ans, ma femme à 57 ans, moi 58 ans. Depuis environ un an et demi, mon épouse n'est absolument plus attirée par le sexe. Auparavant, nous n'avions aucun problème mais, maintenant, tout ce qui touche au sexe, ne l'intéresse plus, même en parler, elle évite le sujet. Elle a mal vécue sa ménopause, pendant environ 7 à 8 mois. Aujourd'hui nous n'avons presque plus de rapport. A peine une fois tous les mois, et encore... Pendant plusieurs années, elle avait un patch, maintenant sa gynécologue lui a prescrit des comprimés de "Livial à 2,5mg", (suite à une intervention que j'ai faite auprès de cette dame, pour lui expliquer le problème), mais il n'y a eu aucune amélioration, depuis. Sachant que ma femme évite toute discussion sur le sujet de la sexualité, même avec sa gynécologue, y a-t-il une solution à ce problème ?


Dr Waynberg : Cher Monsieur,
Aussi triste que cela puisse paraître, notre société fait circuler des idées reçues qui nuisent considérablement au bonheur et à la paix des ménages. La plus nocive, me semble-t-il, concerne le préjugé sur lequel le goût pour la sexualité peut durer toute la vie; hélas il faut admettre que cette activité qui n'a d'ailleurs pas toujours été aussi réussie qu'on veut bien le penser peut disparaître de l'horizon des hommes et des femmes qui considèrent qu'elle n'appartient plus à leurs priorités. La plupart des ces démissions sont souvent liées à des règlements de compte de conflits souvent anciens et elles deviennent inaccessibles au bon sens. Ilfaut avoir l'honnêteté d'affronter l'arrivée d'une autre manière de vivre ensemble, sans acharnement inutile sur un sujet qui va devenir définitivement tabou entre vous. L'attachement succède à l'amour et la tendresse à la sexualité tel est l'art de vieillir...

Cahetel : Bonjour, Un cancer de la prostate rend (je crois) un homme impuissant, mais peut-il avoir une incidence sur la taille du sexe ?


Dr Waynberg : La taille du sexe est "incalculable" puisqu'il s'agit - même en érection - d'un organe dont on observe que la partie sortant du corps ! En effet, la vraie dimension ne peut être mesurée que lors d'une autopsie puisque les corps caverneux sont fixés sur l'os pubien. Un sujet grassouillet par exemple "perd" entre deux et cinq centimètres de sexe visible puisque sa base est enfouie dans la graisse. Le cancer de la prostate n'a aucune influence sur ces mensurations, en revanche une maladie, une seule, est responsable d'une raccourcissement incontestable du sexe : la maladie de La Peyronie. Cette affection, à l'origine et au traitement inconnus survient généralement après 75 ans.

H1222m : Bonjour Docteur, Je suis opérée (ablation du sein gauche suite à un cancer) et je prends comme médicament de l'AMERIDEX. Il me semble avoir de moins en moins de désir sexuel et mon mari est encore demandeur. Cette baisse de désir, est-ce normal ? Nous avons, l'un et l'autre, 83 ans. Que faire ?


Dr Waynberg : Chère Madame,
N'infligez pas la responsabilité de votre baisse de désir à votre traitement mais à l'affaiblissement bien naturel de votre système nerveux. Tout comme votre mari, vous pouvez être intellectuellement toujours aussi motivée, acceptez néanmoins que votre corps fasse un peu de résistance à vos désirs. La sagesse commande de profiter à fond de ce que vous pouvez faire et de renoncer calmement aux attentes, année après année, de moins en moins réalistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.