Vous avez interviewé un pionnier de la sexologie

Nos aînés sont merveilleux
28 octobre 2015
Sexualité, parlons en avec le Docteur Jacques Waynberg
28 octobre 2015

Vous avez interviewé un pionnier de la sexologie

Publié le 19.10.2009
Un sexologue? Pour quoi faire? Quarante ans après les premiers pas de cette science, le Docteur Jacques Waynberg, pionnier de la sexologie française et fondateur de l'Institut de Sexologie, a répondu a vos questions.


Une femme doit avoir envie d'elle avant d'avoir envie de son conjoint. Est-ce vrai? Un complexe ou un rejet de son propre corps peut-il aboutir à une absence totale de désir ?


Oui, l'amour de l'autre débute par le respect et le goût de son propre corps. Hommes et femmes sont logés à la même enseigne: la sexualité est incapable de remplacer ce narcissisme. Se connaître soi-même tant du point de vue de ses attentes que de la façon de parvenir à l'orgasme. La haine de soi est responsable d'une sexualité appauvrie, et l'on rappelle utilement qu'un rapport sexuel c'est de l'égoïsme partagé!

Bonjour, que pensez-vous de l'impact d'internet sur la sexualité des plus jeunes? Nous dirigeons-nous vers une société de plus en plus consommatrice de sexe, quitte à ce que les différents aspects humains (désir/frustration, séduction...) soit de plus en plus décorrélés de l'acte sexuel en lui-même?


Internet perturbe chez les jeunes les représentations de leur projet amoureux en donnant comme modèle des récits pornographiques; Ce n'est pas le procès de la pornographie qui va les protéger c'est la nature des soutiens pédagogiques de leur milieu familial. Si la situation est préoccupante la responsabilité n'est pas uniquement celle des médias; la proie est trop facilement atteinte. Visons tout autant l'absence d'autorité parentale, l'effacement des traditions matrimoniales, le refus des interdits et de la préservation de la virginité... Ah et bien oui, disciplines et tabous rappellent des styles de vie "démodés"! Bon, d'accord, alors, entre deux mondes, lequel assume!

Sauriez-vous m'expliquer pourquoi bien que vivant en couple depuis 23 ans je n'ai guère d'attirance sexuelle envers ma compagne (qui n'a jamais été très "chaude") alors qu'il m'arrive fréquemment de me masturber?


Je ne peux pas "expliquer" votre choix d'expression de votre besoin d'émotions érogènes, mais puisque ça dure depuis si longtemps et que vous avez eu la courtoisie de respecter le peu d'enthousiasme lubrique de votre épouse... bravo!

Je suis marié depuis 12 ans, ma femme n'a plus de désir, plus de libido, que doit-on faire pour lui redonner l'envie qu'elle aimerait retrouver?


Difficile, sinon impossible d'émettre un jugement sur une histoire qui doit m'être détaillée longuement en face à face. Aucun conflit n'est jamais hors de portée d'un conseil, mais encore faut-il que les deux protagonistes aient un désir égal de changement! Est-ce le cas en ce qui vous concerne?

Que pensez vous des théories de Freud sur le plaisir féminin? N'a-t-il pas créé pour des générations entières plus d'idées "toutes faites" et fausses, qu'une aide réelle?


Par "théories" on indique parfaitement la nature provisoire et discutable d'une hypothèse ; concernant l'apport des psychanalystes (et pas seulement de Freud, ne l'oublions jamais) à propos du "continent noir" de la sexualité féminine, leur compréhension dépendait évidemment des courants d'idées de leur époque. C'est une étape intéressante de la pensé occidentale Elle ne mérite plus la dévotion quasi sacrée qu'elle suscite encore en France et en Amérique du Sud au regard notamment des neurosciences.

Que pensez vous de l'hypersexualisation de la société actuelle?


Il n'y a pas d'hypersexualisation de la société, mais une surchauffe, une inflation de messages et de fictions de nature vaguement sexuelle. Autrement dit, tout cela est provisoire, pénible et nocif... pour les consommateurs. Facile de s'en prémunir: faire la grève des écrans!

Le sexe n'est-il pas autant une vraie source d'emmerdes dans les rapports aux autres que la raison de vivre sur cette terre?


L'existence n'est pas forcément source de conflits et de frustrations, mais plus une société libère les amarres qui retiennent les comportements individuels plus on s'expose à des risques d'échecs. La liberté d'agir a un coût qui implique autant le jeu du hasard que l'usage de son intelligence.

Pensez-vous que le Séroplex ait un effet sur la libido masculine?


Dans l'état actuel de nos connaissances, aucun médicament ne peut prétendre agir sur la pulsion sexuelle masculine.

La libido est-elle cyclique? Il y a des périodes où je n'ai plus du tout d'envie puis des périodes où je ferai l'amour toute la journée. Est-ce normal?


Toute la Vie est cyclique, tout est rythme, tout est séquences, balancement entre le plus et le moins. Le mot hyper savant qui nous fait croire le contraire "homéostasie" signifie qu'un équilibre (instable) est organisé pour que tout être vivant vive sans s'en rendre compte; la sexualité et ses pulsions, même chez l'Homme, ne font pas exception, rythmés par les saisons, les cycles lunaires, les cycles hormonaux... auxquels s'ajoutent évidemment les événements de l'existence.

Comment retrouver l'envie de faire l'amour avec son partenaire sans mettre en place de stratégies trop "artificielles" et garder une manière d'être naturelle avec l'autre. En gros comment innover sans se forcer?


Il ne sera pas possible "d'innover" sans le consentement de l'autre. D'ailleurs, souvent, le seul fait de retrouver le dialogue, de sourire, de jouer la comédie avec humour, valent mieux que des "surprises" hasardeuses (gadget parexemple).

La crise de la quarantaine est-elle une réalité? Comment l'éviter?


Chacun vit à son rythme, et les décennies du calendrier ne dépendent pas toujours de l'âge des artères... du coeur; A quarante ans, hommes et femmes sont en pleine forme, adultes enfin, mais le corps social lui a pu laisser des traces du passage de ses besoins de performance et de sa méchanceté!

Les fantasmes sont-ils forcément fait pour être réalisés? En effet, j'ai beaucoup de fantasmes mais il y en a très peu que je souhaite réellement réaliser. Est-ce logique?


L'imagination érotique a ceci de commode qu'en effet elle ménage les paresseux et les timides! Plus sérieusement, les fantasmes agissent à trois niveaux différents selon qu'ils sont gardés au secret, s'ils sont racontés à haute voix par l'un des deux partenaires ou enfin, partagés dans un vrai dialogue. Passer à l'acte, c'est autre chose, plus compliqué, plus risqué et souvent inutile. Contrairement à une idée reçue, en amour, la réalité ne dépasse pas la fiction! leçon d'humilité en somme, plus on tente de monter en grade, plus on peut s'exposer au ridicule: l'érotisme est un art exigeant et très sélectif.

Pourquoi le sexe est un tabou?


Le "sexe" c'est plein de choses, l'organe, son emploi, ses représentations, ses fonctions symboliques... des catégories du savoir humain que l'on va retrouver dans les deux autres instincts primordiaux de tout être vivant: l'alimentation et la lutte pour la survie. Ce qui n'est donc chez l'animal qu'une pulsion innée devient chez l'Homme un ensemble de conduites terriblement compliquées par son intelligence. C'est , pour simplifier, grâce au tabou que la sexualité se mue en érotisme, la faim en gastronomie et la haine en Art de la guerre.

Pourquoi la pilosité féminine a-t-elle la vie si dure de nos jours?


Qu'est-ce qui a la vie dure? Le poil ou ou la mode de l'épilation. Merci de préciser. De toute façon, comme il s'agit d'un "décor" esthétique très chargé de sens identitaire (par comparaison au rôle que la pilosité joue dans la désignation du masculin) la mode joue les arbitres, aucune opinion n'a donc un avenir qui dépasse une dizaine d'années.

Les religions avec l'éducation rigoriste qu'elles prônent sont elles un blocage à l'épanouissement de la vie sexuelle?


Il y a sur cette question un grave malentendu puisque le regard critique qui est porté sur l"obscurantisme" ou la rigueur morale des dogmes religieux concernant la sexualité et le couple, sont le fait de non croyant ou de personnes en rupture de leur foi. En fait, chacun doit se placer départ et d'autre de cette ligne de partage de la foi : on l'a, on ne l'a pas, on l'a perdue, on la recouvre... Ensuite, il n'y a pas deux poids, deux mesures, ou bien on se situe à l'intérieur de la communauté en question, ou on est en dehors, mais le jugement "entre deux", avec un recul basé sur des valeurs purement civiques, actualisées, popularisées en fonction des courants bien naïfs de l'opinion, n'ont qu'un intérêt bien provisoire.

Est-ce vraiment sain pour un couple d'avoir recours à des petits joujous de type sextoys ou est-ce la conséquence d'une lassitude de l'amour au naturel?


Aucune limite à l'invention, joujou ou transgression consentie mutuellement ! la question de la lassitude c'est un autre problème, mais réfléchissons, si l'ennui est vraiment en train d'user l'intimité d'un couple, il y a bien peu de chance pour que la complicité et l'humour soient au rendez-vous. Au fond en amour comme dans les affaires, "on ne prête qu'aux riches"...

Dites-nous selon votre longue expérience, qui, de l'homme ou la femme, est le plus porté sur la chose? Le plus lubrique? Le plus imaginatif?


Impossible de priver les femmes des mêmes pouvoirs et des mêmes ressources érotiques que ceux que l'on attribue à la gente masculine. Dans une culture du "péché de chair" qui caractérise le monde occidental la différence se situe ailleurs, elle est d'ordre moral: la Femme, avec un grand F est porteuse d'une responsabilité symbolique, sacrée, incorruptible, qui est de porter en elle la naissance de l'Enfant de l'Homme, tout ça avec des majuscules! Or, dans les coulisses du sexe, dans les secrets de l'alcôve, aucun mot qui désigne le plaisir et l'orgasme, la vanité et la perversion, leurs déceptions et la frustration ne s'écrit avec un grand "C" par exemple: coït c'est le mot savant de l'acte, mais même le mot amour est un mot commun... lorsqu'il est prononcé par les hommes; bref, hommes et femmes, même talent, mêmes angoisses, mais la femme est plus "humaine" que son homologue masculin...

La sexologie, science très jeune, n'est elle pas née d'un "phénomène de société"? Les gens n'auraient-ils pas perdu le naturel à faire l'amour du fait qu'ils se posent beaucoup trop de questions sur leurs performances, la taille de leur sexe et autres pratiques diverses et variées? Tout cela en raison des images véhiculées dans les films, les publicités, les religions et autres... D'où une autre question: Les images véhiculées par le système audiovisuelle ont-elles un impact (positif ou négatif) sur le rapport qu'ont les gens avec le sexe?


La "vraie" sexologie n'est pas aussi jeune que cela: les premières publications en langue allemande datent de 1896, c'est une "science humaine" plus que centenaire! Par contre en effet, sa médiatisation et ses aspects les plus contestables, les plus "people" naissent avec l'invention des nouveaux outils de communication depuis l'après-guerre; mais si l'on écarte cette dimension massive des messages et de leur impact sur les modes de vie de chacun, les préoccupations sont absolument les mêmes d'une génération à l'autre: la quête du bonheur, les réparations du désir, les angoisses de vieillir, la maladie, la solitude... Internet et ses moyens supersoniques a modifié l'impact de cette standardisation: les extrêmes se côtoient, le pire et l'utile, l'information réaliste et le fantasme, l'aide anonyme et l'insécurité qu'entretiennent les malfaisants de l'écran...

N'est-il pas vrai (pour paraphraser Rabelais) que le sexe est le propre de l'Homme et que les animaux sont limités à la procréation?


Non, c'est un peu simpliste comme jugement, puisque chez les mammifères et surtout chez les grands singes la sexualité ne joue pas seulement un rôle biologique : le "choix" des partenaires n'est pas lié au hasard mai répond par exemple à un ordre hiérarchique très complexe qui est à peine soupçonné depuis une trentaine d'années. Autrement dit la sexualité intervient comme "marqueur" social et sa nature innée peut être modulé par des facteurs liés à l'environnement, la nourriture, les changements climatiques,l'influence des prédateurs et notamment de la présence des hommes. ce qui caractérise à l'opposé, la sexualité humaine c'est sa dimension symbolique et l'invention de la "faute", disons, son caractère "sacré". Le propre de l'Homme sexué c'est l'interdit imaginaire, alors que chez le singe l'interdit est manifeste, tributaire du pouvoir et de la généalogie...

Un sexologue? Pour quoi faire? Ils savent plus comment faut faire l'amour les gens? Bientôt sexe assisté par ordinateur aussi? Mode d'emploi?


La définition du sexologue date du XIXe siècle mais souffre toujours d'un manque de précision. En effet il ne faut pas oublier que la médecine a son mot à dire dans les problèmes qui nous sont confiés, mais pas seulement, les question sociales et psychologiques tiennent une place souvent importante. Finalement le sexologue est à la fois un confident, un coach de la vie privée, bien éloigné des questions de performance! Quant à l'informatique, en effet elle va occuper une grand place dans ce rapport entre l'offre et la demande de conseil et de traitement, mais le dernier mot ne doit-il pas rester aux sentiments et au désir?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.